SMSTO : Société de Médecine et de Santé au Travail de l’Ouest

 Membre de la Fédération Française de Santé au Travail

Moteur de recherche :

AFTMT: Formation Togo Janvier 2002

Togo / Du 27 Janvier au 4 Février 2002

Compte rendu MISSION LOME janvier 2002


A la différence de l'an passé, notre avion est arrivé à l'heure prévue le Samedi 26 en l'absence de Kara parti dans le nord nous avons été accueillis par Pascal médecin du port autonome, Augustin, infirmier de la Caisse d'épargne et Sylvie infirmière au CHU , qui tous trois étaient venus au Mans. Accueil chaleureux et installation dans les locaux de l'APROSAT (l'association pour la promotion de la santé au travail ) qui est le service interentreprises créé à Lomé par Kara.

Dimanche 27 : journée acclimatation Bernard BRIAND est invite à la découverte de Lomé par la belle-famille de son fils: pour ma part accompagné des 3 " manceaux " nous allons à Kpalimé dans la forêt, où la chaleur est plus supportable, nous visitons le château de Kpalimé , résidence présidentielle, en grande partie à l'abandon, mais située dans un site remarquable: puis nous retournons à la cascade que nous avions vue il a trois ans... mais cette fois ci il n'y a pas d'eau du fait de la saison et de la sécheresse.

Lundi 28 : de 8 heures à 14 heures, première journée de formation des infirmiers sur le thème : VISION et TRAVAIL avec Bernard nous présentons:
L'oeil : physiologie, défauts de la vision
Mesure de l'acuité : avec ED nous disposons de 3 visiotests, chaque stagiaire réalisera lui même les examens.
Eclairage. et ergonomie de l'environnement lumineux.
15 infirmiers sont présents, appartenant aux grandes entreprises togolaises ( OTP , PORT , CIMTOGO, HOPITAL, CAISSE D'EPARGNE , etc. ) plus de la moitié ont déjà suivi les journées de l'an passé.
La formation a été ouverte par le doyen de la Faculté , très intéressé par nos formations car apparemment ce sont les premières de ce type à la Faculté.
Après midi : visite de la Banque Ouest Africaine pour le Développement: BOAD et de la Caisse d'Epargne avec mesure la lumière et conseils pour les implantations des postes de travail informatises.

Mardi 29 :Seconde journée de formation des infirmiers, sur le thème PATHOLOGIE PULMONAIRE et TRAVAIL .Avec Bernard nous présentons :
Pathologie liée aux poussières, fumées et gaz.
Ventilation, aération principes de correction.
Comme l'an passé les stagiaires posent énormément de questions, en particulier au sujet du lait... car nous en entendrons parler tous les jours: au logo les entreprises donnent du lait:
pour les personnes exposées aux poussières, aux toxiques... mais aussi en prévention des radiations des écrans informatiques etc etc : en fait la plupart du temps ce lait n'est pas consommé ( tant mieux dans certains cas ! ) la brique de lait est revendue... mais c'est un " avantage acquis ". Après de longues discussions, nous proposerons que les entreprises transforment la distribution en " prime de lait " avantage financier.., première étape de la transformation des mentalités.
En fin de formation nous avons décerné aux stagiaires un diplôme de l'AFTMT, les qualifiant en " infirmiers en santé au travail " au total des deux années ce sont 26 infirmiers qui ont été formés: nous avons laissé à Kara tous nos supports pédagogiques car il va organiser deux sessions de rattrapage pour ceux qui n'ont pas valide une des deux formations.
C'est un beau résultat, car cela représente un quart des infirmiers qui travaillent en entreprises au Togo. De plus 5 inspecteurs du travail ( 2 nigériens et 3 togolais ) assistaient à la formation. ce qui a enrichi les débats.
Concernant le matériel d'examens complémentaires, nous avons rassemblé tout le matériel à l'Aprosat , nous l'avons mis en état de marche et nous avons formé Sylvie à l'utilisation de chaque matériel. Nous avons mis en place un système de Fiche de prêt, pour que chaque infirmier puisse emprunter du matériel pour réaliser les examens dans son entreprise, car il n'est pas utile que chacun investisse dans du matériel qui ne serait que peut utilise au cours de l'année. Nous avons demandé à Sylvie de s'occuper de ce matériel pour l'Aftmt, c'est elle qui remplira les fiches de prêt. L'association dispose sur place de visiotests, de 4 audiomètres en état de marche, de 2 sonomètres, d'un luxmètre, d'un appareil à Ecg et grâce au Professeur Robin de Lille, l'Aprosat dispose d appareil à EFR très performant, le médecin de l'Aprosat étant formé pour son utilisation mais l'appareil est très peu utilisé alors que des entreprises comme Cimtogo font faire chaque année des EFR pour tous leurs salariés ; nous avons conseillé de proposer de réaliser ces examens dans le cadre de la médecine du travail à l'Aprosat, ceci valoriserait la médecine du travail, occuperait le médecin aujourd'hui peu occupé semble-t-il et apporterait des finances (les entreprises pavant 10 € par EFR ) pour l'instant rien n'est décidé.
Après-midi : Visite au port autonome de Lomé en compagnie de Pascal. Le service médical du port est un superbe bâtiment, avec une petite " polyclinique ". I équipement est très correct, comme partout le service assure les soins et traitements pour les salaries (1 800) et leur famille. Nous avons visité les ateliers de maintenance, les entrepôts et assisté au chargement des bateaux par les dockers ; nous avons proposé divers aménagements et réfléchi sur la Santé au travail au cours d une réunion avec la direction représentée par le DRH et le responsable de la Sécurité, et les membres du CHS.

Mercredi 30 :Journée de formation sur le thème : INFORMATIQUE et TRAVAIL, journée réservée e aux partenaires avec présence de 24 personnes informaticiens, membres de CHS , responsables d'entreprises, journalistes . La journée a été introduite par Charles ATAKE (beau-frère de Kara chef du service informatique de la Présidence de la République ; nous avons ensuite répondu aux interrogations des présents sur les risques liés au travail sur écran et sur l'aménagement ergonomique des postes de travail. Une journée très intéressante.
Après-midi: Visite avec Georgette, de l'APAJ de Lille du seul hôpital psychiatrique du Togo, à la frontière du Bénin, 177 places pour une population de millions d'habitants. Grâce a l'APJ des travaux sont en cours et la nouvelle directrice est de très grande qualité... mais les " agités " sont encore dans des cages de 6 mètres carrés (parfois 6 malades ensembles ) fermées par des milles cadenassées. c'est dur à supporter.

Jeudi 31 : journée de rencontre avec les médecins; en plus de Kara et de son Assistant sont présents les Drs SEMBYANI et AKAYA de l'OTP, le Pr DOSSIM de Cimtogo, le Dr AGBEHONOU du Port Autonome, le Dr BANG' LA médecin de la SECMA, qui s'occupe de la sécurité de l'aéroport, médecin d'une entreprise agricole de 110 salariés, par ailleurs président de l'Association des médecins privés du logo. Il n'y avait peut-être pas le nombre. mais la qualité. Ce que l'on peut remarquer c'est que ces médecins assurent le curatif, mais la plupart du temps sont déjà réellement préoccupes de Santé au travail, puisqu ils prescrivent des examens complémentaires liés aux risques de leurs entreprises, ils participent aux réunions de leurs CHS, font des visites de leur entreprises pour y observer les conditions de travail.
Après réflexion en commun il semblerait que la meilleure formule au Togo soit de faire appel â des libéraux (ou des hospitalo-universitaires, comme le professeur DOSSIM qui exerceraient en temps partiel dans les entreprises, en gardant des fonctions soignantes ( indispensables ) et en dégageant un partie de leur temps pour la médecine du travail avec des formations spécifiques, tel le DU que KÂRA devrait mettre en place à la faculté. Pour ces analyses des conditions de travail, les médecins pourront se faire assister par leurs infirmiers qui ont été formés (exemple 4 IDE formés à l'OTP sur les 10 qui y travaillent). En particulier c'est la seule solution envisageable pour le secteur informel, où la dispersion des salariés rend illusoire la création de multiples centres interentreprises, il serait plus adapté de faire travailler des médecins vacataires dans leur propre cabinet libéral, avec une orientation " santé au travail " et â créer quelques services " professionnels " en partenariat avec les organisations existantes (syndicats professionnels, chambre des métiers etc.) toutes ces structures pouvant être harmonisées par le Service National de Médecine du Travail et Kara.
Mais les mentalités ont encore à évoluer, car il n'est pas facile de faire quitter aux médecins leur rôle de " notable " pour déléguer à leurs assistants et aller eux-mêmes sur le terrain.
Nous avons délivré à chaque confite une carte de membre de l'AFTMT , afin qu'il se sente membre, à part entière, de l'Association et nous avons créée des liens directs nous permettant de communiquer par e-mail, afin de répondre le plus possible à leurs demandes, en fonction des compétences des membres français de l'association, dans le cadre de ce partenariat.
Le soir, nous avons été reçus fastueusement, chez Pascal AGBEHONOU pour remercier l'AFTMT de la qualité de son accueil au Mans.

Vendredi 1 février: Montée dans le nord au passage visite de la sucrerie SINTO, entreprise assez vétuste propriété des Chinois, les conditions de travail et l'environnement sont rudimentaires, en particulier la distillerie (fabrique d'alcool à 90' où il ne faudrait pas séjourner trop longtemps sans faire titrer son alcoolémie ! comme d' habitude quelques conseils ergonomiques.
Séjour au village de YAKA, village natal de Kara ou nous résidons dans les cases construites par l'Association de Georgette et électrifiées par les équipe bénévoles de Joëlle (Energie Sans Frontière ), nous pouvons enfin déposer le gros sac de matériel obstétrical pour la maternité que nous trimbalions depuis Paris.

Samedi 2 février: après un peu de tourisme dans la savane, nous consacrons la journée au projet de Maternité de Georgette et Kara, définition du projet et cahier des charges, visite sur le terrain, rencontre des artisans locaux, le reste du week-end sera consacré au traçage du plan général du bâtiment de 250 m² …. je tracerais le plan définitif en France.

Lundi 4 février: Retour à Lomé, nouvelle visite à la BOAD avec tous le CHS, puis visite à l'Institut Togolais des Plastiques (ITP), une entreprise spécialisée dans la fabrication de tubes en pvc, dont nous avons formé l'infirmier,qui voulait nous recevoir dans son entreprise très intéressante, où nous serons reçu par le directeur général, visite des ateliers et conseils ++.
Enfin pour terminer le séjour visite d'une fonderie spécialisée dans la fabrication de fers à béton, entreprise à l'arrêt depuis 6 mois, en pleine restructuration, mais dans un état digne de Zola. .. on pourrait y tourner Germinal.
Lors de toutes ces visites excellent accueil ; très bon partenariat, des contacts se nouent, des adresses s'échangent et beaucoup de demandes d'informations … les E-mail vont marcher à notre retour en France. Il est à noter que la médecine du travail semble bien perçue même si elle est encore mal connue... mais comme c'est encore le cas en France après 50 années d'existence... on peut être patient ! Je crois que le rôle de Kara est assez bien perçu et que les portes s'ouvrent assez facilement, en s 'appuyant bien sur les relais internes que sont les médecins et infirmiers d'entreprise et les CHS , il devrait être possible de faire avancer rapidement la " cause " de la santé au travail du moins dans les entreprises structurées.

Lundi soir... .19 heures...aéroport départ avec plus de 15 personnes qui nous accompagnent dont Chantal Ouwe que nous avons retrouvé dès le dimanche soir notre retour du Nord, et qui envoie toutes ses amitiés aux membres de l'AFTMT.
CONCLUSION: une bonne mission, avec un programme très chargé, intense, mais passionnant , les choses avancent bien, il nous faut maintenant bien travailler nos partenariats avec nos confrères et les infirmiers, mais il y a de l'enthousiasme. Certes les choses et les gens restent " compliqués " au Togo mais … c'est l'Afrique !!!! et les années passant nous commençons a avoir de l'expérience et de bonnes amitiés qui permettront a la Santé au travail et a la Santé publique de se développer dans un partenarial de qualité, mais réaliste.

Yves DOPSENT